C’est le coeur d’un club échangiste ou d’un sauna libertin. Les alcôves, nommées par les libertins eux-mêmes « coins câlins » font toute la différence entre un club classique et un établissement libertin.

Quand on entre pour la première fois dans un établissement libertin, quel qu’il soit, on est presque surpris de ne pas tomber immédiatemment nez-à-nez avec une orgie amatrice à faire rougir une star du porno. Non, les clubs libertins ne sont pas toujours les lieux de débauche que l’on croit.

On y trouve – souvent en seconde partie de visite – des alcôves, des coins-câlins où couples, hommes et femmes libertins se retrouvent pour s’ébattre, chacun et chacune selon sa pudeur ou ses envies.

Ambiance des coins-câlins

Evidemment, cette partie du club ou du sauna, souvent importante par la place qu’elle occupe, en est la zone névralgique, celle qui fait la différence entre un établissement libertin et tout autre lieu de loisirs. La décoration est souvent assez roccoco, parfois BDSM (ce n’est en général que de la déco) et les propriétaires ou décorateurs du club y laissent souvent libre cours à leur imagination.

Ici, comme dans tout le reste de l’établissement libertin, le consentement est la règle absolue ! Même si certains clubs ou saunas proposent des labyrinthes où il convient d’effleurer (ou plus) l’objet de ses convoitises, les coins-câlins ne sont pas des open-bars du sexe !

Les coins-câlins fermés

A tel point que la plupart des (bons) établissements libertins proposent deux types de coins-câlins : ceux qui sont ouverts aux quatre vents, laissant libre chacun de tenter sa chance pour vous rejoindre, et les coins câlins fermés où l’on s’enferme à deux, quatre ou plus.

Il est extrêmement mal venu de frapper à la porte d’un coin-câlin que ses occupants ont jugé bon de fermer. Mais il est toujours possible pour ceux-ci de le laisser ouvert, pour être soit vus, soit rejoints dans leurs ébats. Certains coins-câlins fermés disposent de vitres (ou de vitres teintées) permettant aux participants de s’exhiber.

Les coins-câlins ouverts

D’autres coins, qui peuvent prendre plusieurs formes (immenses lits, grandes banquettes, etc…) invitent davantage à rejoindre les participants. Mais là aussi, et même s’il n’est pas possible de fermer ces espaces, il convient tout de même de s’assurer du consentement de chacun.

Parmi les coins câlins, il en existe des semi-ouverts (ou semi-fermés) : une simple cordelette interdisant l’accès, mais permettant de mater librement, des cabines de type glory-hole, où les hommes pourront passer leurs membres en espérant être caressés ou sucés… L’imagination des patrons de clubs en fait souvent la qualité.