Libertinage, échangisme, mélangisme… Que de termes barbares a généré le monde libertin. Mais pour autant, il est mieux de connaître un peu ces termes – et ces pratiques – avant de se lancer dans le monde libertin.

Pourquoi les couples, les hommes et les femmes qui fréquentent le monde du libertinage préfèrent-ils le terme club libertin à celui de club échangiste ? Plus élégant ? Sans doute. Plus parlant ? Peut-être…

Non, si l’on préfère parler d’établissements libertins plutôt que de clubs échangistes, c’est que l’échangisme n’est qu’une des facettes de ces lieux, qu’une des pratiques qui y sont à l’honneur.

Libertinage : échangisme, mélangisme et compagnie

Croyez-le ou non, mais la majorité des couples qui fréquentent les clubs échangistes ne sont pas échangistes. Depuis peu, le mélangisme est devenu plutôt majoritaire dans ces établissements : échangisme, mélangisme, triolisme, on n’a pas fini de se disputer sur les définitions.

Alors qu’est-ce que le mélangisme ? Une forme d’échangisme plus ludique, une sorte d’échangisme dans laquelle les couples libertins s’interdisent la pénétration avec un/une autre partenaire. Les libertins se fixent des limites (par peur de la jalousie, par jeu, par envie de se protéger) et s’y tiennent. Voilà qui va en surprendre plus d’un.

Partouzes ou 2+2 ?

Mais échangisme, mélangisme, triolisme ou candaulisme, les limites et envies des libertins ne se différencient pas uniquement ainsi. Ainsi, si certains couples pratiquent sans complexe la partouze (avec plusieurs autres couples, hommes ou femmes), d’autres rechercheront toute la soirée LE couple avec lequel échanger (ou se mélanger). Les adeptes du « 2+2 only » sont loin d’être rares, et il faut bien dire qu’ils sont loin d’être les plus « prudes » dans un club.

Les autres limites, les autres pratiques

Ainsi, a priori, tous les couples libertins sont différents. Il y a ceux qui recherchent exclusivement la pluralité masculine, d’autres occasionnellement, d’autres jamais. Et on pourra ainsi décliner à l’infini la multitude des pratiques libertines qu’on trouve dans les clubs.

Par exemple, certains couples ne s’échangent pas plus qu’ils ne se mélangent : on les appelle les « côtes-à-côtistes ». Le principe ? On s’isole à deux couples dans un coin-câlin fermé, et on fait l’amour, chaque couple de son côté. On peut alors se mater. Certains se caressent de couple à couple, de femme à femme, mais pas toujours.
Un excellent moyen de débuter en club libertin, même si celui-ci n’est pas bien vu par la plupart des libertins. Une solution : trouver un couple accompagnant et partant pour ce genre de choses.

A chacun ses limites

Bref, il est impossible de vous décrire la totalité des possibilités et des pratiques libertines que l’on trouve dans les clubs dits « échangistes ». Mais, vous l’aurez compris, dans ces antres de la liberté sexuelle, chacun est libre, aussi, de fixer ses propres limites.

Alors 2+2 ou partouze, échangisme, mélangisme, côte-à-côtisme ou autre, le choix de vos armes érotiques vous revient.